Chatenay-Malabry : Contrat de ville IDSU- les Léo – Aides aux devoirs

Contrat de ville :  IDSU- les Léo – Aides aux devoirs

 

Tout avait si bien commencé au léo « La Rotonde » structure gérée par l’ IDSU (Insertion Développement Social Urbain), une inscription facile, un référent à l’ écoute, des sorties sympas, des ateliers, un thème intéressant …puis patatras l’incident qui a tout gaché, un incident d »une gravité qu’on ne peut ignorer aujourd’hui.

D’abord le contexte….

Les LÉO, lieux d’écoute et d’orientation sont gérés par l’ IDSU,  l’une des plus grosses association de la ville, si ce n’est la plus grosse qui met en oeuvre les actions de développement social urbain dans les différents quartiers de la ville, en particulier dans les « quartiers dits populaires ».

 

Chatenay-Malabry, léo la Rotonde

 

Le Léo « la Rotonde » avait mis en place un dispositif intitulé « Aides aux devoirs de vacances » dans le cadre de 2 matinées sur 5 jours d’activités diverses, et avait pour thème en ces vacances de Paques 2018, « la découverte  des nouvelles  Technologies », entre autres :

  • L ‘initiation programmatique de drones
  • Des sorties culturelles en adéquation avec le thème principal.
  • 2 pique-niques dont un annulé
  • Bowling, sortie Cosmic laser
  • Quelques parties de baby-foot
  • Aides aux devoirs, supervisé par des animateurs

Des activités qui ont plu aux plus jeunes.

 

La violence est le dernier refuge de l’incompétence (Isaac Asimov)

 

Tout se déroulait bien, les enfants étaient ravis puis lors d’une partie de babyfoot, après un début d’une petite d’altercation entre 2 collégiens, un animateur, se sentant pousser des ailles, sans par la présence de 2 jeunes majeurs qui n’appartennaient pas au dispositif,  s’en est prix à un jeune inscrit agé de 11 ans. l’animateur l’a apostrophé, violemment bousculé contre le mur, mis à terre, saisi par la gorge et mis hors de la structure, sans que personne n’intervienne (2 jeunes extérieurs au dispositif « vacances » n’ont eu aucune réaction…). Les enfants (11/ 12 ans) en sortirent traumatisés.

Suite à cela impossible de joindre le moindre responsable de la structure ( ils ne sont pas sur place ) ou de la structure de l’IDSU (Mairie Annexe), si ce n’est un des animateurs qui fut désolé de l’incident. Vous avez beau laisser un numéro pour qu’on vous rappelle, personne n’est là, même la personne censée être en charge de … la prévention (sic).

Le but ici n’est pas de porter préjudice au dispositif, ni à certains animateurs, qui font le job mais de prendre des mesures pour qu’un tel incident ne se reproduise plus JAMAIS. Plus bas, vous pourrez lire les mesures correctives que l’on juge nécessaires.

C’est l’ami de mon fils qui a été maltraité (et le mot est faible), cela s’est passé jeudi 26 avril 2018, mon fils, que j’avais inscrit pour la première fois et qui en était assez content est rentré choqué, en pleurs. J’ai eu beau téléphoner à droite à gauche pour essayer d’avoir un resposnable, nada et aucune forme d’excuse n’a été émise ( même par l’animateur incriminé, le lendemain). l’incident s’est déroulé jeudi 26 avril, le lendemain, l’animateur était toujours en poste dans ce même centre malgré une alerte la veille.

il est toujours utile de faire la prévention, auprès des tout jeunes, mais quand la violence émane d’adultes et de plus envers de très jeunes enfants, il y a clairement un gros problème et quand vous n’avez aucun moyen d’alerter les responsables qui doivent réagit, c’est pire.

Que chacun prenne ses responsabilités, et les assume. Le projet était sympa, et lorsque quelques uns les mettent en péril, il faut agir et ne pas tenter de camoufler le tout sous quelques prétextes que ce soient.

 

Points positifs :

  • Projets motivants
  • Animateurs impliqués et accessibles mais…
  • …. du personnel concerné mais de façon inégale.
  • Conception, et actions socio-culturelles, qui plaisent aux jeunes
  • Capacité relationnelle de certains animateurs à saluer.

 

Points négatifs ( + IDSU) :

  • Organisation un peu « MJC » avec des collégiens ( cela mériterait un dèveloppement mais c’est dans les améliorations à apporter , voir plus bas)
  • Responsables injoignables, souvent « absents »…, qui ne vous rappellent jamais. Les animateurs, eux le font.
  • Absence de médiation sociale
  • Fonctionnement éclaté,  des rôles mal définis. Une grosse structure ( IDSU) qui se perd dans son fonctionnement administratif, loin de mettre à profit les outils numériques
  • Encadrement ? la Rotonde est une petite structure (voir image du haut), mais elle intervient auprès de jeunes en grand nombre toute l’année pour les loisirs et les aides aux devoirs.
  • Des lieux d’écoute et d’orientation (quelle orientation ?? ) inégaux.
  • Suivi quantitatif oui mais qualitatif ?  On est resté à l’époque des statistiques de fréquentation…
  • Un dispositif  « Aide aux devoirs » à revoir en profondeur avec les collèges ou les parents ??
  • Une nette cassure de la relation de confiance (suite incident)
  • Quid des « partenaires  » à part les structures associatives de la ville ? ex : Cinéma
  • Certains lieux d’orientation sont plus efficaces que d’autres
  • Lieux non sanctuarisés : Qui rentre, qui sort ?
  • Quel est le projet final ?

 

Quelles améliorations à apporter ?

Nous allons faire court…très court, ça nécessiterait des analyses plus en profondeur, voire un audit, mais ce n’est pas notre rôle. Ce ne sont pas les léo qui sont en cause, mais les orientations, l’absence de dialogues, de réactions directes et sur le long terme, du satisfecit des responsables et aussi malheureusement….. des familles.

 

  •  Implication des familles en amont ?
  • Certification afnor ?
  • Fiche de qualité et de stafisfaction à remplir après la semaine par les parents ou les enfants ?

–     Et si la rénovation urbaine permettait d’accueillir dignement des pré-adolescents dans des endroits adaptés ? des espaces de travail et aides aux devoirs = un lieu culturel associatif/privé ouvert adapté aux besoins réels d’aujourd’hui.

  • Meilleure « connectivité » collèges – léo (IDSU).
  • Vraies qualifications des intervenants
  • Interventions d’intervenants extérieurs ? les thèmes ne manquent pas…
  •  Evaluation, orientation du projet de ville ? ré-actualiser, remettre à jour l’accompagnement.
  • Fidélisation des jeunes à mettre en place.
  • Ect…

 

Conclusion ?

Les moyens sont là mais sans politiser le débat, et malgré les recommandations d’embaucher les jeunes de la cité, il serait bon d’un peu plus de mixité et de diversité… voire de professionnalisation et sur les conduites à tenir en cas d’incidents.

Cette impression qu’on achète la paix sociale est très présente, que les qualifications, suivis qualitatifs et professionnels des structures ne sont pas à l’ordre du jour.

Le métier de médiateur social est enfin reconnu, l’animateur bénéficie de spécialisations, les responsables de stages intégrés  à leur cursus.

Malgré cela on dénote un fonctionnement à « l’ancienne » et ce malgré des outils nouveaux, comme la communication Web, et le numérique.

Pour avoir le service adéquat , il est fréquent de composer plusieurs numéros, même si le site municipal semble à jour, les répondeurs eux ne le sont pas, les tâches ne sont déléguées. Quand on entend :  « untel est en vacances »… et alors en cas de problèmes graves, personne ne le/la remplace ?

Comment et pourquoi faire de la prévention auprès de collégiens alors que certains adultes ont un comportement violent sous-jacent ? et sont parfois inaptes à prodiguer de la médiation, de la prévention ? et gérer les conflits. Les parents mettent leurs enfants dans des structures pour qu’ils s’épanouissent pas qu’ils se fassent insultés (précision : ça n’a jamais été le cas ici, ), ou pire brutalisés.

Idem, en ce qui concerne l’école, les familles mettent leurs enfants à l’aide aux devoirs, ou études encadrées, pas pour faire de la garderie mais pour qu’ils progressent, se fassent aider. LIRE ICI

Petit rappel : Les aides aux devoirs au collège ne sont nullement obligatoires, si vous pensez que cela n’a aucun effet sur votre enfant, libre à vous de le signaler, et de l’en soustraire en écrivant un mot sur le carnet. Il existe des structures plus efficaces pour faire ses devoirs et assurer un réel suivi de la progression de votre enfant.

En ce qui concerne certains sites internet, merci de lire notre article : Aide aux devoirs site web proposée par le département, l’école, et les médias…

Si on exempte la violence, on retrouve les mêmes tares dans certains  collèges. La Ville (Immobilier, rénovation urbaine, culture, futurs transports) avance, certains quartiers aussi , d’autres régressent ou n’évoluent pas.

Il faudrait peut-etre une meilleure coordination avec le préfet dont les orientations du contrat de ville est une de ses prérogatives…?

Il serait peut-etre utile d’avoir une réunion avec les personnes (enfant et adultes) qui ont vécu ça et rappeler les bases, non ?  dire que c’est un cas rarissime, un acte isolé et rassurer les enfants et les parents ? non ?  Il est dommage que le travail fourni, la mise en place de projets et d’animations soient ternis par des incidents et l’absence de responsabilité de certains.

contrats de ville : Objectifs Chtenay-malabry

A suivre,

La rédaction, et le père dont l’ enfant reste traumatisé par ce qu’il a vu.

NB : Une information à apporter, une donnée érronée, un droit de réponse, merci d’utiliser les commentaires. Cela profitera au plus grand nombre.

 

 

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!