Chatenay-Malabry : collèges REP ou REP +

REP : Repose En Paix

Un Labs à venir sur les REP, ces réseaux d’éducation prioritaire dont on parle peu mais qui  devraient constituer une priorité absolue de l’éducation nationale. Mais pour l’instant, c’est plus un cri d’alarme dont on se fait ici l’écho.

     La définition

Qu’est-ce qu’un REP?

Un réseau d’éducation prioritaire (REP) est un réseau d’établissements scolaires qui travaillent ensemble à la réussite de leurs élèves. Dis autrement, la mise en place d’un REP permet à un collège, « tête de pont » du réseau, de travailler en partenariat avec les écoles qui lui envoient des élèves. 

La Gestion, c’ est la clef

Le plus gros soucis des REP ne sont aucunement le manque de moyens, mais plutôt le manque d’ambitions, le manque d’ouverture vers le monde extérieur et surtout le grand opportunisme de certains organismes et administrations. Ces administrations et organismes qui viennent mettre un sparadrap sur une jambe en bois ne facilitent pas la tâche des personnes motivées, ni à sortir l’école dans le marasme dans laquelle elle se noie.

Léducation nationale, donc l’état, accorde des primes annuelles aux enseignants qui travaillent dans ces collèges difficiles où les difficultés s’ammoncellent. Pourquoi ne pas accorder cette même « motivation » aux élèves ? Ceux qui font d’immenses efforts dans des conditions difficiles, parfois impossibles, que ce soit au niveau des ecoles, du développement personnel et familial.

Il faut remettre à plat l’octroi des moyens , subventions accordées et  la plupart des dispositifs très onéreux qui donnent peu de résultats.

Les moyens accordés aux REP sont dilapidés des fois de manière honteuse, achat de mantériel qui ne sert que rarement, voire pas du tout, sorties dites culturelles qui n’ont de culturelles que le nom, organismes, associations dites « officielles » qui ne font pas le travail attendu, ou alors le strict minimum.

Parlons de ces dispositifs censés emmenés les jeunes vers la culture, certains élèves n’en ont pas particulièrement besoin d’autres ont besoin de plus d’attentions ou alors arrétons de fantasmer la culture pour tous et l’égalité d’accès.

 Et les élèves dans tout ça ?

Combien d’excellents élèves se perdent en cours de route et deviennent des écoliers « lambdas » car les conditions d’apprentissage, le climat, les relations avec les équipes et la communication sont difficiles.

Leur rêve se brise en plein vol,  et certains élèves, à cause d’une orientation subie, ne connaitront jamais l’accomplissement de soi… à moins de survivre à des épreuves auxquelles personne ne les a préparés tout au long de leur scolarité.

Certes l’école forme mais l’école peut aussi « casser » des élèves insuffisamment protégés par les adultes (profs, équipe éducative, médecin quand il y en a), que ce soit au niveau du harcèlement scolaire, nié dans certaines écoles avant que ça ne fasse les gros titres des journaux, qu’au niveau ambiance de travail  en classe.

Que dire des projets naissants mal ficelés, même pas tutorés puis logiquement abandonnés ( on passera sous silence, le fait que personne n’ait pris soin de corriger les erreurs de français, la syntaxe, la grammaire, et conjugaison),  l’ école se moque apparemment du préjudice, de sa réputation et de sa communication Web :

Le wweeddoo.com collège Léonard de Vinci à Chatenay-Malabry (Lien externe)

Pages ( 1 sur 4 ): 1 234Suivant »
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!